• NEWS :
    Info du 01-07-2018
    sortie des écos sac du mois de juillet
    -mardi 3 juillet
    -mardi 17 juillet
    - mardi 31 juillet

    ------------------
    Info du 03-12-2017
    Nouvel article Hommages mis en ligne le 03 décembre 2017

    Nouvelle page Equipe technique mise en ligne le 03 décembre 2017

    ------------------
    Info du 12-10-2011
    RAMASSAGE DES POUBELLES :
    - Le lundi (les sortir la veille)

    ------------------

Hommages

:: Henry Ganier
:: Maurice, Roger, Robert


Hommage à une grande figure de la vie communale de notre petite cité :
Madame Odette APPEL – MULLER.

Née dans une des plus vielles famille de TANCONVILLE , la famille FROMENT, beaucoup de ses souvenirs d’enfance l’y ramenait. Son père, Paul Marie, était normand, employé d'octroi, puis peseur – juré aux abattoirs de LUNEVILLE.

C’est à LUNEVILLE qu’Odette passe une partie de sa jeunesse. Elève à l’école normale de NANCY, il lui arrivait d’être invitée le dimanche chez Mr et Mme APPEL – MULLER, originaires eux aussi de TANCONVILLE. Et c’est ainsi qu’elle rencontra un beau lieutenant, instituteur également : Jean APPEL –MULLER , auparavant élève à l’école des officiers de réserve de SAINT – MAIXENT.

Après qu’elle eut exercé toute seule son métier à BARBAS pendant une année, ils s’épousèrent. le jeune couple fut alors nommé à BERTRAMBOIS. Comme on va le voir l’évolution de leur carrière témoigne d’un profond attachement au pays.

En 1932 naquit leur fils Michel qui devait passer toute sa petite enfance à TANCONVILLE auprès de ses grands-parents Joseph et Claire alors à la retraite.

Au milieu des années 30, ils furent nommés à VAL-ET-CHATILLION. C’est là que la guerre les surprit. Jean fut mobilisé et c’est Odette qui exerça à sa place la fonction de directrice d'école. Les épreuves ne l'épargnant pas : mort de sa belle mère, départ de son mari au front et, après l’offensive de juin 40, les tourments d’un long silence avant le soulagement d’apprendre qu’il était bien vivant à CLERMONT – FERRAND.

Puis se fut la sombre période de l’occupation où il reprit discrètement sa classe à VAL-ET-CHATILLION. Commence alors le temps des restrictions. Pour nourrir toute sa famille, Joseph VALENTIN entreprend l’élevage des lapins, cultive désormais un vrai jardin de maraîcher et travaille sa chènevière du lieux dit le SARREUX à TANCONVILLE. C’était aussi le temps des risques pour aider les prisonniers de guerre en cours d’évasion et l’affolement lorsque leur fils Michel est sérieusement blessé lors du bombardement qui fit plusieurs victimes à VAL-ET-CHATILLON.

La Libération ne mit pas fin aux difficultés du quotidien. Jean, de nouveau mobilisé, fut affecté comme commissaire de gare à CHARLEVILLE. Odette dut faire face à tous les problèmes administratifs. La guerre terminée, une mutation à LUNEVILLE facilitera l’entrée de Michel au collège.

On en n’oublie pas pour autant TANCONVILLE, lieu privilégié des vacances lorsque Michel sera admis à l’école normale supérieure de SAINT-CLOUD, puis lorsque ses petits enfants, Patrick, Sylvie et Mireille, viendront égayer la maison soigneusement entretenue par Joseph. Selon le rêve de Jean, ils doivent y prendre leur retraite mais celui-ci ne pourra pas en profiter car il mourra auparavant . Encore une fois, Odette devra le remplacer et comme une promesse à Jean, elle s'y fixera définitivement.

Elle ne se contentera pas de s’occuper de sa maison et de son jardin, elle participera aussi activement à la vie du village : aide scolaire aux enfants auxquels elle apprendra la Marseillaise. À la cérémonie annuelle de la commémoration des combats du 19 juin 1940, elle y participera tous les ans, en faisant chanter les enfants au monument aux morts.

En 1977, Mamie comme l’appelait affectueusement tous les gens du village, est élue avec une écrasante majorité de voix au conseil municipal. Elle en fut un membre assidu, une force de proposition et non d’opposition, cherchant toujours le bien être de la population, une sage (sorte de mère THERESA). Puis l’âge venant, elle ne se représentera pas aux élections mais sera fidèle à toutes les réjouissances de la Maison pour tous dont elle était membre du bureau. Au fil des années, on continuera à l’apercevoir avec un livre à la main, sa grande passion étant la lecture.

Ainsi s’estompe devant nous la silhouette familière de la Mamie, montant vers le cimetière jusqu’à la fin de ses dernières forces, avec son bouquet de dahlias dans les bras, « il m’attend ... » disait elle.

Les noms d’Odette APPEL –MULLER et de TANCONVILLE sont liés à jamais.



Hommages

:: Henri Ganier
:: Maurice, Roger, Robert

 

haut
: Accueil : : Commune : : Secrétariat : : Conseil : : Galerie : : Contact : : A propos : : © AG : :   update : 23 février 2018